Les femmes dans l’entreprise, on en est où ?

Selon le dernier rapport de la Banque Mondiale, la France est l’un des bons élèves en matière d’égalité homme-femme. En voilà un constat très flatteur, mais concrètement on en est où ? Chez La Parisienne, nous avons décidé de nous intéresser à la place des femmes dans les entreprises et tout particulièrement à la question d’égalité.

Un écart salarial persistant

Notre premier constat est sans appel :  les femmes gagnent en moyenne moins que les hommes[1], que ce soit dans le public ou dans le privé.

Mais pourquoi un tel écart à postes égaux[2] ? Evidemment, on peut penser que le sexisme assumé de certains dirigeant explique cet écart, pourtant ces situations sont de moins en moins courantes. Les raisons sont alors à chercher ailleurs ! Il semblerait qu’en sortie d’études, nous ayons plus tendance à accepter la rémunération moyenne associée à notre cursus alors que les hommes négocient davantage dans la fourchette haute[3]. Nous partons donc, dès le début de notre carrière, avec un retard d’autant plus difficile à rattraper que l’évolution hiérarchique des femmes est plus lente que celle des hommes. Nous aurions également moins tendance à demander des augmentations au cours de notre carrière.

Quelle position pour les femmes dans la hiérarchie ?

Bon alors pour arriver à l’égalité il suffit de prendre notre courage à deux mains et de négocier notre salaire d’une main de fer dès la sortie des études et tout au long de notre carrière ? Malheureusement, ce n’est pas si simple ! La différence de salaire provient également de la différence de niveaux hiérarchiques et de la différence des filières.

Vous ne voyez pas ce que je veux dire ? Prenons l’exemple de votre entreprise, regardez la proportion d’hommes et de femmes. Plutôt égalitaire ou vous voyez déjà un problème ? Regardez ensuite quelle est cette proportion pour les postes à hautes responsabilités puis les postes de direction. Les femmes sont présentes en masse ? Et bien votre entreprise fait partie des rares exceptions ! De façon générale, plus l’on monte dans les niveaux hiérarchiques, plus le nombre de femmes se réduit comme peau de chagrin …

Disons-le, en France nous avons de grandes chances de nous heurter à un plafond de verre au cours de notre carrière … Et par effet de ricochet, nos chances d’accéder à de fortes rémunérations sont fortement compromises.

Et du côté des filières ? Nous nous dirigeons plus souvent vers des secteurs dits féminins tels que le marketing, la communication, l’enseignement primaire[4] … Au contraire, les secteurs de la finance, des sciences ou de l’enseignement supérieur sont trustés par les hommes. Le problème dans tout ça ? C’est que les secteurs dit masculins ouvrent généralement l’accès à des rémunérations plus conséquentes !

Des clichés bien ancrés

Les écarts de salaires ont donc des raisons plurielles mais leurs racines se situent souvent en dehors du monde de l’entreprise. Entre les « métiers d’hommes » et le spectre de la maternité, les clichés contribuent souvent à perpétuer les inégalités !

Vous ne le saviez pas forcément à l’époque, mais vos choix d’orientation scolaire ont certainement influencé vos salaires jusqu’à la fin de votre vie ! Si les filles possèdent en moyenne de meilleurs résultats que les garçons dans le secondaire, plus le temps d’étude avance, moins elles sont présentes. On remarque également que plus les études sont sélectives et prestigieuses, plus elles sont masculines. Et qui dit longues et prestigieuses études dit souvent belle rémunération et présence dans les hautes sphères du monde du travail ! Voilà, avant même votre majorité, les mécanismes de différence de salaires étaient déjà enclenchés ….

Mais ne soyons pas défaitistes, certaines passent entre les mailles du filet, réalisent de grandes et prestigieuses études avant d’arriver dans des entreprises très courtisées. Et pourtant, le combat continue, avec la grande question de la maternité ! La maternité constitue un frein à l’embauche ou à l’évolution de la carrière dans de nombreuses entreprises. On remarque d’ailleurs que les différences de salaires augmentent lorsque l’on devient mère[5]. A croire que seules les mères s’occupent de leurs enfants ! Vous me voyez déjà arriver avec mon congé paternité et le partage de la charge mentale ? Il serait quand même temps de changer les mentalités et d’arrêter de considérer la maternité comme une catastrophe pour l’entreprise !

Voilà, même si le monde de l’entreprise s’améliore sur la question de l’égalité, de gros progrès restent à faire ! Mais soyons optimistes, les mentalités évoluent !

Pour en savoir plus sur la question d’égalité, notamment dans le domaine du sport, retrouvez notre article La Parisienne aime Heforshe

[1] Les femmes gagnent en moyenne 452 euros de moins que les hommes. Source : https://www.inegalites.fr/Les-inegalites-de-salaires-entre-les-femmes-et-les-hommes-etat-des-lieux

[2] A postes égaux, les femmes gagnent 9 % de moins que les hommes. Source : http://www.lefigaro.fr/social/2019/03/04/20011-20190304ARTFIG00188-les-3-chiffres-de-l-inegalite-salariale-entre-les-hommes-et-les-femmes.php

[3] https://bfmbusiness.bfmtv.com/emploi/ecarts-de-salaires-hommes-femmes-mesdames-c-est-de-votre-faute-1560706.html

[4] https://start.lesechos.fr/emploi-stages/reseau-carriere/mieux-diplomees-que-les-hommes-les-femmes-sont-plus-precarisees-14381.php

[5] https://www.challenges.fr/femmes/les-ecarts-de-salaires-accrus-quand-les-femmes-sont-meres_643652