Soyons audacieuses !

Magali-Mounier Poulat va animer la 3ème édition des Rencontres de La Parisienne le vendredi 9 septembre dans l’espace VIP autour d’une cinquantaine d’hommes et de femmes influentes du monde de l’entreprise. Oratrice de talent, coach de métier et experte des questions des équilibres de temps de vie à travers 1762 consultants, elle va nous questionner sur notre rapport à l’audace. Elle nous livre, avant ce rendez-vous, ses réflexions sur ce sujet. Suivez-la. Elle est très inspirante.

Notre rapport à l’audace

Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie. Goethe

C’est un mot qu’on entend partout mais comment le définir vraiment ? Le Larousse la qualifie ainsi « Hardiesse qui ne connaît ni obstacle ni limite ; courage. » Audace vient du latin Audere, Oser.

Concrètement c’est être capable de prendre des risques pour les transformer en succès. Waouh cela fait rêver.

Dans le monde d’aujourd’hui, et encore plus de demain, l’audace est érigée en valeur clé. L’avenir appartient aux audacieux. Alors courage, soyons audacieuses !

Lorsqu’on poursuit la lecture de la définition du Larousse on voit cependant que l’audace est aussi un « Acte qui viole les convenances, les règles. ». Elle peut être associée, de façon péjorative, à l’impertinence, l’insolence. Alors a-t-on vraiment le droit d’être audacieuses ? Ne risque-t-on pas d’être jugées d’avoir osé ?!!!

C’est que dès l’enfance on nous apprend à obéir, à nous conformer, à rechercher l’approbation des autres et l’expérience a pu nous montrer que pour vivre heureux il fallait vivre cachés, ne pas faire de vague, s’adapter voire se suradapter. En réaction, nous développons une aversion au risque, un besoin de tout contrôler, d’être parfaits, de faire ce qu’on attend de nous. Nos initiatives sont tuées dans l’œuf : pas raisonnable, trop magalie-webzine-soyons-audacieusesidéaliste, insolent… Et c’est encore plus vrai pour les femmes. Et c’est encore plus vrai dans le milieu professionnel.

Alors ce n’est pas si facile d’être audacieuses.

Tout le monde peut-il l’être ?

La capacité à être audacieux est-elle réservée à une catégorie de personnes : les winners ? Faut-il être jeune ? Homme ? Bien-né ? Nous pourrions catégoriser à l’infini. Bien sûr il y a des contextes, des influences, des histoires, des personnalités qui nous rendent sans doute plus ou moins audacieux d’emblée mais a priori oui tout le monde peut se montrer audacieux. Si nous prenons la citation de Goethe Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. Nous partons bien de ce qui est important pour chacun. D’une personne à l’autre cela peut être très différent. De quel droit pourrions-nous hiérarchiser cela ? L’important est la mise en mouvement. Rêver, essayer, progresser.

Or souvent nous ne savons pas de quoi nous rêvons. Soit parce que nous ne nous sommes jamais posé la question. Soit parce que nous n’avons pas appris à nous écouter et à nous connecter à nous-même.

Et si jamais nous savons, ô miracle, de quoi nous avons envie nous trouvons mille bonnes raisons pour ne pas passer le cap du commence-le : je n’ai pas le temps, je dois faire passer les autres avant moi, ce n’est pas sérieux, je n’ai pas l’énergie, j’ai peur !!!!

Tout cela est bien normal. Le proverbe africain : quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens est là pour nous le rappeler. Ce n’est pas facile d’être audacieuses. La plupart du temps, nous n’avons pas été programmées pour. Pire, nous avons été déprogrammées ! Il convient d’être bienveillantes et indulgentes vis-à-vis de nous-même. Non ce n’est pas facile… et en même temps c’est important.

Parce que quand je deviens audacieuse, je me remets sujet et je ne suis plus objet. Je redeviens actrice. Je ne subis plus (ou moins) et j’enclenche une dynamique vertueuse qui va me permettre de me rendre compte que finalement c’est possible. Je fais avec ce que je suis, mes talents, mes vulnérabilités. Je pars de là où je suis et je vais là où je me sens capable d’aller dans un premier temps. J’accepte que les baguettes magiques n’existent pas et qu’au début cela va me demander de la discipline personnelle, de faire le petit pas qu’il m’est possible de faire alors que ce serait tellement plus facile de me laisser aller à une routine certes pénible et parfois douloureuse mais connue et d’une certaine manière aisée.

Alors comment fait-on ?

Etre audacieuse ce n’est pas être tête brûlée, se mettre en permanence en danger, avoir une ambition démesurée ou en mettre plein la vue aux autres. Dans courage, il y a cœur. Pour faire preuve de courage donc d’audace, il est important de partir à la recherche de ce qui est vraiment important pour soi. De faire ce qui nous paraît juste, dans le respect de soi et des autres, dans la vie privée comme au travail. Alors comment faire ? C’est un chemin personnel jalonné de plusieurs étapes comme par exemple :

-Accepter de revisiter ses croyances, ses schémas habituels et avoir envie de changer

colonne-webzine-soyons-audacieuses-Comprendre que c’est d’abord en se faisant du bien à soi qu’on peut faire du bien aux autres

-Oser aller à la rencontre de soi-même avec authenticité et agir avec ses talents et ses vulnérabilités

-Lâcher la volonté d’être toute puissante et de plaire à tout le monde

-Comprendre que rêver est nécessaire pour avancer dans la « vraie » vie

-Cultiver l’optimisme et faire de ses « erreurs », de ses « échecs » une opportunité d’apprentissage

-Définir son prochain petit pas concret pour commencer à être audacieuse vis-à-vis de soi-même

-… Et vous que rajouteriez-vous ?

Il faut environ 21 jours pour changer une habitude. 21 jours de discipline personnelle, d’efforts, d’envie de lâcher. Tal Ben Shahar nous explique qu’il convient d’introduire un rituel à la fois c’est-à-dire 1/un comportement concret, 2/précis dans le temps, 3/vraiment important pour soi. C’est par exemple oser aller courir le jeudi midi avec ma collègue Stéphanie alors que je ne m’accorde jamais ce temps pourtant tellement nécessaire à mon équilibre. Plusieurs rituels d’un coup ça ne serait pas tenable. Par contre quand le premier rituel devient une nouvelle habitude il est temps d’en introduire un autre. Et ainsi de suite. Toujours plus haut, toujours plus fort, connecté à ses envies, ses désirs, ses rêves… son authenticité.

Etre audacieuse c’est aussi savoir se faire accompagner au besoin et partager avec les personnes qui sauront nous faire du bien et poser un regard bienveillant sur nos projets, nos envies, nos talents, nos doutes.

Etre audacieuse c’est finalement s’aimer suffisamment pour se dire «  je mérite de faire de belles choses » et se faire suffisamment confiance pour se dire que c’est possible.

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». Mark Twain

Alors quand commencez-vous ?

Magali Mounier-Poulat
Coach