Et si un jour, je courrai un marathon…

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Vous avez fini la Parisienne en septembre dernier et depuis cette idée vous trotte dans la tête… Et si j’osais ? Et si j’osais me lancer sur marathon ? Après tout, c’est déjà dingue d’avoir fini ma première course alors pourquoi pas aller encore plus loin…

La première chose que vous entendrez lorsque vous évoquerez cette idée dans votre entourage c’est « nan mais tu sais ce que c’est un marathon ? ». Oui, vous le savez que ça fait très exactement 42km et 195m et même qu’officiellement c’est la distance qui sépare Marathon d’Athènes mais qu’officieusement c’est plutôt la distance du marathon organisé lors des Jeux Olympiques de Londres. En ce temps-là, le marathon faisait 40km tout rond mais la reine, qui n’était que l’épouse du roi n’avait pas le droit d’aller au stade voir les hommes en short. Son époux demanda donc que le parcours soit détourné pour passer sous les fenêtres du château royal et c’est ainsi qu’on rajouta un peu plus de deux kilomètres au parcours. Qu’est-ce que ne ferait pas un homme amoureux ?

En attendant, une chose est certaine, un marathon ce n’est pas deux semi-marathons enchaînés… Ce n’est même pas la deuxième partie qui est souvent la plus dure mais bien le dernier tiers, ce fameux mur dont parlent souvent ceux qui sont passés par là… Ces longues minutes où tu demandes juste un truc « mais pourquoi ? ». Ton esprit veut aller sur la ligne d’arrivée mais étrangement ton corps s’y refuse. Peut-on éviter tout cela avec une bonne prépa ? Ne rêvons pas, 42km ça reste 42 km mais en faisant ce qu’il faut, on peut vraiment faire de ce jour un jour inoubliable. Par où commencer ? Déjà il faut « monter sur semi-marathon ». L’idéal reste d’en courir deux ou trois, histoire d’appréhender au mieux la distance. Lorsqu’on est prête à se lancer, il faut sortir son calendrier !

Préparer un premier marathon cela nécessite de suivre un plan sur 12 semaines avec une base de 3 à 4 sorties hebdomadaires. Il existe des plans sur 8 semaines mais ils sont plutôt destinés aux personnes ayant l’habitude de la distance qui cherchent avant tout à améliorer leur temps. 12 semaines c’est long… très long… alors il faut bien choisir la période de l’année où il sera le plus simple pour vous de bloquer 3 séances par semaine sans oublier la séance d’étirements et de renforcement musculaire qui deviendront indispensables pour ne pas vous blesser. Il faut ensuite trouver son premier marathon. Evidemment certaines destinations font rêver comme New York ou Venise mais n’oublions pas que nous parlons là d’un défi sportif avant tout, et non d’une promenade touristique… L’idéal est de choisir une destination simple pour vous, sans décalage horaire, que vous pourrez peut-être même repérer en vélo ou en voiture, un endroit connu où votre entourage pourra venir en renfort pour vous accueillir et vous encourager. Etre à l’autre bout du monde seule avec sa médaille autour du cou sans personne avec qui partager cette joie immense, ce serait dommage non ?

De nombreux sites proposent des plans de préparation, il ne faut pas non plus hésiter à s’allouer les services d’un coach dont c’est le métier qui pourra vous faire du sur-mesure, ce n’est pas aussi cher que ça. Vous pouvez aussi vous inscrire en club d’athlétisme, histoire de ne pas être seule pour s’entraîner. Les entraîneurs de la FFA ne mangent pas ! Rassurez-vous la vie ne s’arrêtera pas pendant 3 mois, elle demandera juste un peu plus d’organisation et pas d’inquiétude, si vous ratez une séance, vous finirez quand même. Le marathon fait peur à juste titre mais il est beaucoup plus abordable qu’on ne le pense, la preuve, moi la dispensée de sport au collège qui agonisais sur le cross, j’en ai couru 41 ! N’oubliez jamais un truc si un jour vous avez des doutes, après tout ce n’est que 6 fois la Parisienne…

Mon premier marathon par Cécile Bertin

Je fais partie de celles qui ont commencé à courir uniquement dans l’idée de courir un jour un marathon. Et je fais surtout partie des personnes qui n’ont pas su être raisonnable… Certes j’ai fini ce premier marathon mais qu’est-ce que j’en ai bavé ! J’ai compris ce jour-là qu’il aurait beaucoup plus malin de ma part de savoir prendre le temps de progresser pour que le jour J tous les voyants soient au vert. Zatopek disait que courir un marathon changeait la vie, c’est vrai. Je me suis découverte ce jour-là, j’ai aussi découvert la solidarité qui règne entre marathoniens de tous âges, j’ai découvert des muscles dont j’ignorais totalement l’existence, surtout les 3 jours qui ont suivi la course ! J’ai découvert qu’écouter les anciens qui sont passés par là est loin d’être idiot… ça m’aurait évité de partir trop vite, de ne pas boire assez vite et j’en passe. Vivre cette expérience est inoubliable et restera gravée dans votre mémoire toute votre vie, comme toutes les premières fois ! Croyez-en vous, ne vous entourez que d’oiseaux de bon augure qui vous soutiendront jour après jour, le temps de votre préparation. Et lancez-vous !

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.