Låne Penger | Lainavertailu | Kredittkort på Reise | Strømpris Kalkulator | Billigste Hjemmealarm 2019 | Arbeidsledighetsforsikring | Billigste Mobilselskaper | Snekker

De La Parisienne aux 10km…

Cécile Bertin, 47 ans, 4 enfants et pleins de dossards à son actif… Après une Parisienne qui a changé sa vie, elle est devenue journaliste, auteur de livres sur le running et blogueuse.
Son objectif principal ? Donner envie aux femmes de courir et oser prendre un dossard.  

Il n’y a que 3km de plus à parcourir, autant dire presque rien pour la nouvelle Parisienne que vous êtes devenue le 10 septembre dernier ! Je me souviens tellement de mon premier dossard… ça m’a donné des ailes et surtout cela a renvoyé définitivement aux vestiaires la nulle en sport que j’étais au collège… Mais évidemment hors de question pour moi d’en rester là, je voulais me tester et voir de quoi je pouvais bien être capable. J’ai décidé de repousser mes limites et forcément le plus logique fut de courir 10km sans m’arrêter et sans marcher ! Concrètement cela voulait dire courir une heure au minimum mais comme je venais de tenir 45 minutes, je me suis dit que ça devait pouvoir le faire.

J’ai commencé à augmenter la distance pendant l’entrainement, rallonger la play list en me trouvant des morceaux bien pêchus avec un spécial « je ne vais pas craquer » au bout de 7km justement, histoire de me rebooster au moment crucial. J’ai commencé doucement mais surement en rajoutant 5 minutes par sortie, semaine après semaine et un jour j’ai enfin vu 10km sur mon GPS ! Une nouvelle victoire à mon actif qui était finalement moins dure à atteindre que je ne le pensais. N’écoutant que mon enthousiasme naissant, j’ai pris un nouveau dossard pour revivre l’euphorie de La Parisienne, revivre ces moments de stress avant course où l’on dort mal, où l’on se demande si on peut manger du chocolat ou uniquement du quinoa, où l’on vérifie quinze fois sa tenue pour être sûr de rien oublier, où l’on refait 4 fois ses lacets, où l’on maudit sa vessie… J’ai même mis à contribution les quelques semaines d’attente pour faire un peu de fractionnés histoire de me motiver, de faire des progrès et surtout de ne pas m’ennuyer. Varier les allures, accélérer en se prenant pour Marie José, je ne connais rien de tel pour se motiver (et pour progresser !).

C’était une course mixte alors j’ai aussi découvert l’ambiance avec des garçons autour qui se sont révélés super sympas et bienveillants, moi qui pensais que forcément on allait se moquer de mon niveau de débutante qui se voyait à ma façon de tenter d’accrocher ma puce à ma chaussure. Je me suis mise dans ma bulle dès le départ pour être sûre de bien rester concentrée sur ma respiration, mon rythme, hors de question de me griller parce que je m’amuse à vouloir doubler. Km après km, je n’ai rien lâché même si j’avoue qu’au dernier km j’ai eu un coup de moins bien mais là j’ai entendu dans mon dos « allez ne lâche rien, il nous reste juste un peu plus de 2 tours de stade, viens je t’emmène ». Je n’ai jamais su le nom de ce coureur qui m’a emmené sur ma deuxième ligne d’arrivée mais jamais je ne le remercierai assez d’avoir compris que j’avais besoin de ça à ce moment-là. J’ai passé la ligne en super héroïne, tellement fière de moi d’avoir osé prendre ce dossard et toujours aussi surprise de mes capacités que je n’avais pas du tout soupçonnées.

J’ai pris ma médaille que j’ai admiré pendant de longues minutes, toujours dans ma bulle. C’est bête à dire mais après m’être sentie quelques semaines auparavant une « Parisienne », là je me sentais devenue une « Runneuse » à part entière, une vraie. J’ai su que plus rien ne serait jamais comme avant, que cette confiance en moi acquise mètre après mètre, kilomètre après kilomètre n’allait plus me quitter et que nous allions toutes les deux faire de grandes choses. A vous de jouer, à vous de vous lancer, vous en êtes capable, la preuve j’y suis bien arrivée !

• Découvrez l’univers et le blog de Cécile, ICI

• Dernier livre en date « Sablé émouvants », prenant, haletant, il saura ravir vos esprits ! Découvrez ICI

« Ce livre est l’aboutissement d’un projet. Lorsque je me suis lancée dans l’idée totalement incongrue pour moi la nulle en sport d’enchaîner 4 courses de 250km en un an dans les 4 grands déserts du monde pour inscrire mon nom sur une liste que personne ne lira jamais, j’avais déjà en tête d’en tirer un ouvrage, de graver sur le papier (à défaut du marbre…), cette épopée. Aujourd’hui c’est chose faite mais histoire de pimenter un peu la chose, j’ai rajouté le premier de tous à savoir ma très chère Trans’aq, mon premier non-stop à savoir la Transahariana, mon premier Marathon des Sables avec le second dans la foulée… »