Livre courir sa vie

Livre courir sa vie

12,00€

« C’est un livre qui s’adresse aux femmes qui ne courent pas, à celles qui aiment courir (…) » Par Delphine BUISSON

En stock

  • Description
  • Avis (0)

Présentation de l’éditeur

« Nul ne peut s’exempter d’engager sa course personnelle. Adolescence ou crise de la quarantaine, il s’agit à un moment donné, d’aller vers soi, de consentir à entreprendre ce voyage indispensable certes, à notre bien–être personnel mais pas seulement : quelle belle ambition que celle de vouloir «aller bien » ? Quelle joyeuse audace que celle de «chercher sans cesse» à être, plus ou mieux, heureux ? – ce qui est évidemment différent de chercher à «être heureux sans cesse» et qui serait d’un ennui mortel ! – Ne sont-ce pas là les conditions indispensables pour réussir et surtout pour être, mieux, plus juste, plus plein(e) et plus serein(e), «au près» des autres?

Désormais nous nous posons tous, femmes et hommes, deux questions.
La première : comment fait-on pour être heureux et performants dans toutes nos courses personnelles (professionnelles, familiales, amoureuses) puisque nous aspirons à tout sans renoncer à rien ?
La seconde question découle naturellement de la première : comment faire en fi n de compte, pour bien courir ensemble, dans l’entreprise, à la maison?
Audace ultime : comment faire pour être heureux ensemble ? Aspirer à un bonheur singulier autant que partagé, est-ce bien raisonnable? »

Biographie de l’auteur

A 45 ans, mère de trois enfants, Delphine BUISSON dirige l’Alliance EURUS, 3ème groupement français d’experts comptables indépendants. Elle enseigne l’Excellence relationnelle et le langage Client à ESCP Europe.
Passionnée de course à pied et d’innovations entrepreneuriales, elle est conférencière sur les thèmes du leadership, self leadership, management de projets et de transformation des organisations dans un monde plus digital.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Livre courir sa vie”


« C’est un livre qui s’adresse aux femmes qui ne courent pas, à celles qui aiment courir (…) »

Par Delphine BUISSON